Le conseil économique et social des Nations Unies

Institué en 1946 par la Charte fondatrice des Nations Unies, il est l’instance où sont discutées et débattues  les questions économiques, sociales et environnementales et où sont formulées des recommandations aux États ainsi qu’aux Nations Unies. Il tient des réunions régulières avec des universitaires, représentant.e.s du monde des affaires et organisations non-gouvernementales. Le statut consultatif spécial concerne des ONG internationalement reconnues pour leur compétence particulière dans certains domaines d’activité de l’ECOSOC. Son objectif est d’établir les priorités pour l’action internationale dans les prochaines années et d’échanger des bonnes pratiques concernant l’action collective en faveur d’un monde durable. 

 

Le statut consultatif de l’AIPE auprès du Conseil économique et social des Nations Unies

 

L’AIPE dispose d’un statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) depuis 2011. Ce statut permet un accès à la tribune que sont les Nations Unies pour porter la vision de l’AIPE et contribuer à la prise de conscience de la communauté internationale. Dans ce cadre, l’AIPE est notamment invitée tous les ans à participer à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW). A ce titre, la fondatrice de l’AIPE Roxana Robin et la directrice générale Éloïse Savoie y ont participé à plusieurs reprises.

Lors de la soixantième session de la Commission de la condition de la femme qui s’est tenue du 14 au 24 mars 2016, Roxana Robin a notamment présenté une conférence sur l’impact positif du microcrédit sur les femmes marginalisées en Inde. Et lors de la 59e session de la Commission sur la condition de la femme de l’ONU (2015), l’AIPE a publié deux déclarations écrites. La première visait à présenter ses bonnes pratiques dans la lutte contre le mariage précoce. La deuxième était intitulée « Human Trafficking for Commercial Sexual Exploitation in India: A Lifetime of Abuse », et avait pour but de présenter la situation des jeunes femmes victimes de trafic sexuel en Asie. Tous les quatre ans, l’AIPE remet un rapport d’activité au Conseil économique et social destiné à informer sur la situation de terrain et sur les enjeux liés à l’exploitation des enfants années après années.

Suite à chacune de ses participations à la Commission de la condition de la femme, l’AIPE sensibilise ses partenaires, bailleurs de fonds et publics cibles aux défis rencontrés par les femmes dans le monde ainsi qu’aux solutions pour lutter contre les inégalités.