Le thème du concours de cette année était :

« Nous contribuons toutes et tous, de près ou de loin, à l’exploitation des enfants. Qu’en pensez-vous? Qui contribue à cette problématique et de quelle manière? Quel rôle peut-on jouer pour lutter contre l’exploitation des enfants? ».

Le concours littéraire de l’Aide internationale pour l’enfance est une manière de réfléchir aux questions reliées aux droits humains, à l’exploitation des enfants, à l’engagement citoyen, à l’égalité entre les genres, et aux droits des femmes et des enfants.

Nous vous remercions d’avoir pris le temps de réfléchir avec nous et d’avoir partagé votre réflexion.

 

Voici les personnes gagnantes  :

  • Gabriel Dinca – 1er prix
  • Nicole Farag – 2e prix

Félicitations aux gagnant-e-s ! Ces élèves de l’école primaire Sainte-Geneviève Ouest ont écrit des textes originaux qui démontraient une belle prise de position contre l’exploitation des enfants. En voici quelques extraits:

Je pense que le travail de l’enfant est mal et qu’il n’a pas sa place dans n’importe quelle société.

Pour lutter contre ce problème, on pourrait même faire un message par satellite à certains pays qu’on boycotterait leurs produits pendant que les enfants travaillent. Ça les encouragerait peut-être d’arrêter à employer les jeunes.

– Gabriel Dinca

« Nous contribuons toutes et tous, de près ou de loin, à l’exploitation des enfants. » Cette phrase est triste mais vraie. Tout le monde y contribue d’une façon ou d’une autre car on a tous des vêtements sûrement faits par des enfants et que nous ne sommes pas au courant.

Je pense que c’est très mal d’exploiter des enfants qui ont peur d’utiliser leur voix.

Maintenant, du côté positif, laissez-moi vous parler de que pouvons-nous faire pour lutter contre cette exploitation. La première façon serait d’encourager le commerce équitable. Ce commerce fait des échanges économiques où la partie la plus puissante est de respecter les intérêts des pays plus défavorisés.

– Nicole Farag

 

Voici les finalistes, dont les textes ont également retenu l’attention des juges :

  • Sokona Tabouré
  • Mastaki M. Rufin

 

Mentions spéciales

D’autres participant-e-s reçoivent des mentions spéciales pour leurs textes de qualité qui exposaient bien les mécanismes à l’origine du travail des enfants et proposaient des solutions durables.

  • Merola Farag Alle
  • Hakim Ano
  • Kerolos Alkot
  • Noémie Caron
  • Neya Duplam
  • Lina Sellemi

 

Il est toujours enrichissant pour l’AIPE de réfléchir avec les citoyen-n-e-s du monde sur cette problématique.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont participé à la dixième édition du concours littéraire de l’Aide internationale pour l’enfance. À l’an prochain!