Comme chaque année, l’Aide internationale pour l’enfance a organisé un concours littéraire inédit. Le concours littéraire de l’Aide internationale pour l’enfance est une manière de réfléchir aux questions reliées aux droits humains, à la situation des enfants, à l’égalité de genres et à l’engagement citoyen. 

Le thème du concours de cette année était : « Un climat juste pour tous les enfants »

Les textes devaient répondre à deux questions liées au thème :

A votre avis, de quelle manière les droits de l’enfant sont et seront-ils affectés par les changements climatiques ?

De quelle manière les enfants peuvent-ils participer à la recherche de solutions pour faire face à ce grand défi mondial ?

Nous remercions les personnes participantes d’avoir partagé leurs réflexions sur ces enjeux et ce malgré les circonstances particulières liées à la propagation de la COVID-19.

Voici les personnes gagnantes  :

 

Marie-Anne Cloutier-Déziel – 1er prix

Clara Finzi – 2e prix

Félicitations aux gagnantes ! Ces adolescentes ont écrit des textes originaux qui démontrent de façon créative et poétique les implications de la crise climatique et environnementale pour les enfants. 

En voici quelques extraits : 

18 février 2098. (...) Hier, nous avons dû aller dans les dépotoirs pour trouver de la matière qui pourrait se réutiliser, et ce matin, j’ai passé 5 heures à planter des topinambours, un légume au goût répugnant qu’on nous oblige à manger car il produit moins de CO₂. Plus question d’avoir des tomates dans nos assiettes; la pollution atmosphérique bloque 75% des rayons solaires. L’hologramme de mon arrière grand-mère me raconte comme il était plaisant d’en faire mûrir au soleil et d’en manger. (...) Heureusement que nous, les enfants, collaborons avec les adultes afin de reverdir notre planète ! Espérons que nos droits seront plus respectés demain et que nous parviendrons à changer sauver la planète !
Clara Finzi, 13 ans
Journal intime d'une fille de 13 ans
(...) Je ne suis qu’un tout petit garçon et mon impuissance me fait peur. J’ai parfois envie de crier, de crier de toutes mes forces aux gens d’en haut qu’ils me font mal, que leurs décisions tuent chaque jour des dizaines de personnes dans mon pays. J’ai envie d’élever la voix jusqu’à m’en époumoner pour qu’ils m’entendent, pour qu’ils se rendent compte que ce qui se passe, c’est de la folie. Mais les cris passent sous silence radio. Aujourd’hui, encore plus souvent qu’autrement, la Terre a besoin qu’on réponde à tous ces S.O.S. laissés sans réponse. La solution, peut-être, se trouve dans l’écoute des autres ? Dans la pratique de l’entraide, de l’empathie et de la générosité, qui permettraient, je l’espère, de redonner vie à la terre qui nous a tous donné la vie.
Marie-Anne Cloutier-Déziel, 17 ans
Terre

Voici les personnes finalistes, dont les textes ont également retenu l’attention du jury  :

Claude Gogui

Max Zeng

Anna Sophie Kamel

Anaïs Leuyap

Ces participant-e-s ont soumis des textes de qualité démontrant une compréhension profonde des liens entre les enjeux environnementaux et les droits des enfants.

Il est toujours enrichissant pour l’AIPE de réfléchir avec les citoyen-n-e-s du monde sur divers enjeux affectant les enfants du monde. Un grand merci à toutes les personnes qui ont participé à la onzième édition du concours littéraire de l’Aide internationale pour l’enfance. À l’an prochain!